– Extraits-

SACRES ANIMAUX

Mythe et sacré dans le monde animal 

On retrouve dans la corrida l’ancienne fonction sacrée du taureau que les hommes combattaient, en Crète, pour prouver leur force. Parfois, la littérature entre dans la nature sacrée des choses. Hemingway a imaginé l’initiation, non pas de l’homme, mais du taureau : Quelque chose s’était produit dans la tête du taureau. C’était quelque chose qui se passait pendant ces dix minutes d’éducation que le taureau reçoit et qui lui apprennent comment mourir. Attaque maintenant, taureau. Enroule-toi joliment autour de moi, taureau. Essaie de nouveau, taureau. Encore une fois. (L’été dangereux)

(…)

De nombreux jeux d’enfants sont les héritages d’anciens rituels religieux, tel le cerf-volant : on attachait une ficelle aux pattes d’un coléoptère. Le maintenir ainsi en vol manifestait le désir de l’homme de s’élever spirituellement. Beaucoup s’y sont amusés. C’est ce que raconte Edgar Allan Poe dans un conte écrit en 1843 : Legrand se contentait de porter le scarabée, qu’il tenait attaché à un bout de corde à fouet et faisait tournoyer, en marchant avec l’air d’un prestidigitateur

(…)

Le christianisme, qui a interprété le monde nocturne comme celui du diable, a transmis la crainte des animaux de nuit en la détournant vers l’horreur. Ainsi, la chouette, ancienne compagne d’Athéna, déesse grecque de la sagesse, est devenue l’oiseau des sorcières. 

(…)

La tortue et le crocodile vivent entre terre et eau. En Egypte, on imaginait que chaque soir, du fond de son antre marécageux, le crocodile dévorait le soleil. On le soupçonnait aussi d’avaler les astres : Fuis, démon, visage de crocodile dont la demeure est dans l’Ouest. Je sais que tu te nourris des signes du Zodiaque (Le livre des morts égyptiens).